Accueil> Infos utiles >LES PARASITES

LES PARASITES

Qu’est-ce qu’un parasite ?

Un parasite est un être vivant qui vit aux dépens d’un autre être vivant. Chez nos compagnons, les parasites sont essentiellement de deux formes :

•        les parasites internes, qui sont le plus souvent des vers colonisant le tube digestif. Ceux-ci vont se nourrir des aliments présents dans le tube digestif et provoquer parfois des carences en vitamines, minéraux et autres nutriments importants pour l’animal. Dans certains cas ces parasites vont  provoquer des troubles digestifs  (diarrhées, vomissements). Ce type de parasitisme est particulièrement préjudiciable durant la croissance.

•        les parasites externes, vivant sur la peau : les puces et les tiques principalement, mais aussi les gales, les aoutats… La plupart du temps ils n’occasionneront que des démangeaisons, mais certains sont susceptibles de transmettre des maladies graves à votre compagnon.

Qu’est ce qu’un ver ?

Un ver est un parasite digestif. Il existe deux types de vers chez les carnivores domestiques :

•        les vers plats ou  cestodes : tænia et dypilidium.

•        les vers ronds ou nématodes : ascaris, ankylostomes et trichures

J’ai trouvé des « grains de riz » collés sur le poil autour de l’anus de mon animal

Ce sont des vers de la famille des cestodes ou vers plats, dont vous venez de découvrir les segments terminaux dits « ovigères » car ils contiennent les œufs de ces teanias. Votre chien s’est contaminé soit en avalant lors de sa toilette des puces qui sont le vecteur principal, soit en consommant une proie (souris…) infestée. Il faut rapidement vermifuger votre compagnon avec un antiparasitaire adapté.

Mon chaton ou mon chiot a vomi des vers

Ces vers en pelotes font partie de la famille des ascaris, qui sont des vers ronds ou nématodes. Mesurant jusqu’à 20 cm, ces vers sont le plus souvent présents en très grande quantité dans le tube digestif de nos carnivores et sont susceptibles d’être dangereux pour la croissance. En fonction de l’état général de votre chiot ou de votre chaton, votre vétérinaire déterminera avec vous la meilleure stratégie pour le débarrasser de ces parasites.

Comment savoir si mon animal a des vers ?

Les vers ne sont pas forcément visibles et peuvent parfois donner peu de symptômes. Le plus souvent, ce sont des troubles digestifs, diarrhée ou vomissements, mais aussi une perte de poids alors que l’appétit est augmenté ou encore un poil terne qui doivent vous alerter. En cas de doute, votre vétérinaire pourra à partir de selles fraichement recueillies pratiquer un examen appelé « coproscopie »  afin de mettre en évidence ces parasites, mais il faut savoir que certains ne sont pas évacués en continu. C’est pourquoi dans le doute votre équipe vétérinaire vous conseillera le plus souvent une vermifugation à large spectre.

Dois-je vermifuger mon chat ou mon chien ?

Les parasites intestinaux étant difficiles à détecter et un traitement antiparasitaire interne bien choisi sans danger, une vermifugation de routine s’avère indispensable. Il ne faut pas perdre de vue que certains vers peuvent contaminer l’homme.

Il est recommandé de vermifuger les chiots et les chatons tous les 15 jours jusqu’à 3 mois puis tous les mois ensuite jusqu’à 6 mois. Chez les adultes, en fonction du mode de vie (sortie, contact, présence de puces…), un programme sera établi, pouvant aller de deux à douze fois par an. Il est également recommandé de vermifuger les gestantes deux semaines avant et après la naissance afin d’éviter la contamination des petits. Enfin, une vermifugation est préconisée Deux semaines avant la vaccination : les infestations par les vers peuvent provoquer une diminution de la réponse immunitaire.

Si demande une coproscopie et qu’elle est négative, dois-je vermifuger ?

Certains vers parasites ne sont évacués que tous les deux ou trois jours. Il est donc nécessaire de réaliser au moins trois examens consécutifs avant de pouvoir affirmer qu’un chien ou un chat est indemne. C’est seulement à cette condition que l’on pourra éviter de donner un vermifuge.

Les parasites intestinaux de mon chien ou de mon chat sont-ils dangereux pour mes enfants et moi ?

Certains vers peuvent effectivement se transmettre à l’homme : on parle de zoonose. Les ascaris (vers ronds) peuvent contaminer les enfants jouant dans les bacs à sables par exemple. Les symptômes sont le plus souvent bénins (fièvre, fatigue) mais peuvent parfois être plus graves (troubles de la croissance) et même dans certains cas rares assez sévères (larves migrantes pouvant s’enkyster dans l’œil !). Les vers plats peuvent quant à eux contaminer l’homme lorsque celui-ci ingère les œufs libérés dans l‘environnement. Bien que rare, cette contamination va entrainer une maladie nommée « hydatidose » ou « kyste hydatique » : le parasite va s’enkyster dans une vésicule, le plus souvent dans le foie ou les poumons, mais aussi et plus rarement dans d’autres organes (muscle, cerveau…)

C’est pourquoi il est recommandé de vermifuger régulièrement votre chien ou votre chat.

Les parasites externes

Ce sont des acariens ou des insectes qui vont vivre de façon plus ou moins temporaires sur la peau et parmi les poils de nos carnivores domestiques. Ces parasites vont se nourrir le plus souvent soit du sang, soit de la lymphe de leur hôte. Dans notre pays, on rencontre des puces, des tiques, des aoûtats,  des cheyletielles,  des gales de corps ou d’oreille, les démodex ainsi que les poux  parmi les parasites « sédentaires ».  Des parasites occasionnels peuvent venir faire un repas de sang sur votre compagnon : les moustiques, les taons, mais aussi le phlébotome qui est susceptible de transmettre la leishmaniose chez le chien.

Le plus souvent les symptômes sont des démangeaisons.

Comment savoir si mon chien ou mon chat a des puces ?

Les puces sont des parasites qui vivent sur la peau des animaux. Ce sont des petits insectes sauteurs de 1 à 8 mm, et de couleur jaune à brun très foncé. Il existe plusieurs espèces, mais c’est en général la « puce du chat » qui contamine nos carnivores domestiques.

Le chien ou le chat porteur de puces se gratte, peut avoir des rougeurs ou des boutons principalement au niveau des cuisses et autour de la queue. Chez le chat, on les trouve volontiers sur le cou et la tête, puisqu’elles y sont à l’abri des léchages. On repère également les puces en écartant les poils, notamment lors du brossage : mises en lumière qu’elles craignent, elles fuient alors rapidement sous les poils. On remarque aussi lors du brossage de petits grains noirs (comme du poivre moulu très fin) : ce sont des déjections de puces.

Comment protéger mon chiot/chaton des puces ?

Il existe maintenant de nombreux produits vétérinaires destinés à débarrasser votre compagnon des puces : des sprays et pipettes peuvent être utilisés. Il faut avant tout traitement veiller à ce que le produit soit adapté ; en effet les produits pour adultes ne sont pas tous utilisables sur les jeunes animaux et certains produits pour chien ne doivent pas être utilisés chez les chats.  Si votre compagnon est fortement infesté, il peut-être nécessaire de traiter aussi l’environnement.

Mon chien est propre, peut-il avoir des puces ?

Oui, le parasitisme n’est pas un signe de malpropreté. Un chien qui sort et surtout qui entre en contact avec d’autres animaux peut très bien attraper des puces alors même qu’il vit dans un environnement intérieur. Les larves de puces peuvent se développer dans les moquettes ou les parquets anciens et ainsi contaminer à nouveau votre chien ou chat s’il a rapporté une puce lors d’une sortie.

Les colliers antiparasitaires sont-ils efficaces ?

Pas vraiment ! Comme ils sont placés autour du cou, ils sont peu efficaces pour tuer les parasites situés sur l’arrière de votre compagnon. De plus, les colliers chez les chats sont assez mal supportés et peuvent être une cause de grattage supplémentaire. Les substances qu’ils contiennent peuvent alors être absorbées lors du léchage des pattes qui ont gratté le collier.

Il faut donc leur préférer d’autres formes d’antiparasitaires.

Je pars en vacance dans le sud avec mon chien : dois-je utiliser un antiparasitaire particulier ?

Oui. On rencontre dans le sud de la France et sur le pourtour méditerranéen un parasite, le phlébotome, qui peut transmettre une maladie très grave à votre chien : la leishmaniose. Actuellement il n’est pas possible de guérir cette maladie, mais seulement d’en limiter les effets par un traitement assez lourd. Il est donc préférable de demander à votre vétérinaire un antiparasitaire qui puisse également empêcher le phlébotome de venir piquer et contaminer votre chien.

Les parasites externes peuvent-ils transmettre une maladie à mon chien ?

Les parasites qui se nourrissent du sang de votre chien sont susceptibles, en piquant, de transmettre des maladies. Chez le chien les tiques transmettent notamment la piroplasmose et la maladie de Lyme. Les puces peuvent transmettre des vers parasites intestinaux. Les phlébotomes, qui sont une sorte de moustique vivant dans le sud de la France peuvent transmettre la leishmaniose, et dans certaines zones géographiques, la dirofilariose est provoquée par un ver parasite du cœur.

Les jeunes chiots peuvent présenter parfois une anémie si de nombreux parasites leur soustraient du sang. Pour toutes ces raisons, et en fonction du lieu d’habitation ou lorsque vous partez en vacances avec votre chien, il est préférable de demander à votre vétérinaire de vous conseiller un antiparasitaire externe adapté.

Les parasites externes peuvent-ils transmettre une maladie à mon chat ?

Chez le chat, bien que ce soit rare, l’anémie infectieuse féline (hémobartonellose) pourrait être transmise par les puces. Ces mêmes puces peuvent transmettre des vers parasites intestinaux. Si les tiques transmettent peu de maladies aux chats, les ponctions sanguines exercées par une infestation multiple peuvent entraîner une anémie parfois sévère chez un chaton. Il est donc préférable de demander à votre vétérinaire une protection contre les parasites externes, indispensable si votre chat sort.

Mon chien ou mon chat vient de se faire piquer par une guêpe ou une abeille.

En règle générale une piqûre de guêpes ou d’abeille est  peu dangereuse chez les chiens et chats adultes mais il est préférable de les surveiller dans les minutes qui suivent.

Les piqûres sont à prendre plus au sérieux si c’est un jeune chiot ou chaton ou si le nombre de piqûres est important, ou encore, si votre animal est allergique et risque un œdème de Quincke. De même si votre chien ou votre chat se fait piquer sur le nez ou dans la bouche, une réaction importante peut se développer et le gonflement provoqué peut occasionner une obstruction des voies respiratoires. Dans ces cas, appelez le vétérinaire pour le prévenir de votre arrivée, et en fonction des signes, il saura vous conseiller les mesures d’urgences à prendre durant votre transport si nécessaire.

Puis-je utiliser pour mon chiot ou chaton le même produit antiparasitaire que pour les adultes ?

Si certains produits sont susceptibles d’être utilisés sur les jeunes chiots ou chatons, certains en revanche, vont être surdosés ou inadaptés. Avant d’utiliser un produit sur votre nouveau compagnon, vérifiez la notice du produit et en cas de doute n’hésitez pas à demander l’avis de votre vétérinaire.

Mon chien a des tiques, comment les retirer ?

Il est préférable d’utiliser un « crochet à tique », disponible auprès de votre vétérinaire, ou à défaut une pince. La tique sera prise au plus près de la peau et une traction légère vers le haut exercée. En effet, une traction trop forte risque de laisser la tête fichée dans la peau de votre chien et de provoquer un abcès. Il ne faut pas non plus utiliser d’éther ou d’autre produit car la tique risque alors de « régurgiter », ce qui augmenterait le risque de transmission de maladies ou d’infection.

Conception et Réalisation Veto Online - 2012